Etymologie



Etymologie (d'après les annales de l'Abbé Jacquot rédigés entre 1847 et 1852)

On ne connaît point l'origine de la paroisse de CREDIN. Il est certain qu'elle était dès avant le 15 siècle. On ne sait pas d'avantage d'où elle a tiré son nom.
Cependant, on pourrait présumer que Crédin vient du mot Crédein (= croire). Les bretons disent encore aujourd'hui Crédein pour Crédin. Il y a aussi dans l'évêché de Saint-Brieuc une paroisse qui porte le nom de Créhen.
Mais pourquoi le nom de croyants aux habitants de Crédin ? On pourrait en rendre raison en disant que leurs ancêtres se sont rendus célèbres, autrefois, par leur foi...... Ce qui ne serait pas un mauvais titre pour eux !

Au cours des siècles, la dénomination de Crédin a reçu des graphies différentes :
        . Cherdin en l'an 1116
        . Querdin en l'an 1128
        . Guerdin en l'an 1205
        . Querzin en l'an 1387

D'après les racines celtiques, Crédin peut s'expliquer ainsi :

      . CRE = hauteur, crête, colline
      . racine celtique "cnec" devenue "kreh" puis "crec'h" en breton moderne
      . Din = idée de fortification
      . racine celtique que l'on trouve dans Verdun et Issoudun

En Français, Crédin aurait pu s'appeler MONT-FORT.

crédin-avion.jpg

crédin-avion1.jpg

Limites

Crédin est borné au levant par Saint Samson et Bréhan, au midi par Pleugriffet et Réguiny; au couchant par Naizin et Kerfourn; au nord par Gueltas, Saint Gouvry et Rohan. Sa plus grande étendue est d'environ sept quarts de lieue (7 kilomètres) de la Gaffe au bois de Lindreuc ou du Teil à la Haie. Les points les plus éloignés du bourg sont : la Gaffe, la Haie et Kerouent (kerhouin).

Ethymologie et origine des Villages


Pré-au-feubvre : d’autres disent pré-au-feu
 
Le Salut : parce que, de cette maison, on aperçoit la chapelle Notre Dame de Bon Encontre
 
Bourg-ès-moines : on prétend qu’il y a habité des moines et que la chapelle de Saint Martin, qui est aujourd’hui de Rohan, leur a appartenu et, par conséquent, était de Crédin. Les anciens d’aujourd’hui que j’ai consultés, m’ont assuré qu’ils ont entendu dire qu’effectivement, cette chapelle était de Crédin, mais qu’ils ne savaient pas depuis quand elle en a été séparée. Ces moines devaient être de Marmoutier et leur communauté fondée par le seigneur de Rohan.
 
K/d’eau, le village de l’eau : il y a une excellente source au-dessous de ce village. On amenait les eaux par des conduits au château de Rohan. En démolissant les restes de ce château pour bâtir la Trappe, on a trouvé quelques tuyaux en terre.
 
La Noë des Blancs : cette maison n’est pas vieille. Elle est bâtie dans un endroit aquatique. C’est le propriétaire actuel qui a ajouté le mot des Blancs, comme qui dirait des bons enfants, des bons vivants.
 
Le Roc Morgan : mauvaise baraque bâtie depuis 5 ou 6 ans sur ce Roc.
 
Bois de Lindreuc : le bois de la seigneurie de Lindreuc.
 
Gavregouët : Deux mots bretons : le bois, la chèvre.
 
Kermorvan et Keraudran : la demeure de Morvan et d’Audran.
 
Ruinio : comme qui dirait la ruine, la misère, et en effet les terres en sont bien misérables.
 
Le Carouge : deux maisons bâties sur le bord du carouge.
 
Ville au vent : mauvaise chaumière ainsi nommée parce qu’elle est exposée aux coups de vent.
 
Crésadio : ou mieux peut-être Ker à d’eau, village d’eau ou bourbeux.
 
Quéné Crédin : Quéné : vieux mot breton : bois élevé.
 
Ténébalin : peut-être tenue de Balin.
 
Beaux sapins : deux baraques bâties depuis peu en face de quelques sapins.
 
K/orient : village tourné à l’Orient.
 
K/bouzo : village près de la boue.
 
L’écu : du temps de la chevalerie, il y avait aux gués des rivières des passes ou arrêts. Le Seigneur qui établissait la passe, où tous les chevaliers devaient jouter, plantait son écu sur un lieu élevé, afin qu’il fût aperçu de loin. Ces joutes étaient très célèbres. Il s’y réunissait beaucoup de monde et, surtout la noblesse des environs. Il n’est pas improbable que l’écu tire son nom d’une semblable passe. Le voisinage des châteaux de Rohan, de la Buzardière et de la Gaffe, le gué de la Gaffe et l’élévation du village le font assez présumer.
 
Bel-air : maison seule, ainsi nommée à cause de son exposition.
 
Kergouët : Ker : village, Couët : bois, village du bois.
 
Couëtmoru : Couët : bois, mor : mare, ru : rouge, = bois auprès de la mare rouge. En effet, il y a près de ce village un bois, la rivière, et même de l’eau rouillée dans certains endroits.
 
Champ Rohan : village sur l’ancien chemin de Rohan. Il y a 4 maisons, la première a été bâtie avant 1789 par Pierre Bonnefoy, notaire au bourg.
 
Kerouaih : c’est-à-dire lieu marécageux.                                                                                        

Extrait des Annales de l’Abbé Jacquot

moulin1.jpg