L'église

L'ancienne Eglise :

La date de la construction n'est pas connue. Ce bâtiment fut certainement plusieurs fois remanié car, lors de réparations, on découvrit trois reprises de maçonnerie.
Les portes et les fenêtres rappelaient le 16ème siècle. D'ailleurs la petite cloche ne portait-elle pas la date de 1852 ? La grosse cloche était de 1817 et avait coûté 910 F.

Cette église, dédiée à Saint Pierre comme l'actuelle, était entourée d'un cimetière plein d'ormeaux énormes. Une croix en pierre, qui s'élevait derrière le chœur, fut brisée à la révolution, parce qu'elle était décorée d'emblèmes royaux (fleurs de lys).

Dans cette église, une statue attirait même les étrangers qui venaient voir "la bonne vierge à cheval" car la Sainte Vierge y était représentée montée avec l'Enfant Jésus sur un âne et Saint Joseph les conduisait en Egypte.

Le clocher fut reconstruit en 1722 pour 694 F. En 1758, la sacristie fut exhaussée au niveau de l'église. En 1834, l'église fut rénovée à un point tel qu'une bénédiction eut lieu le troisième dimanche de l’avent. Les représentations de cette année avaient coûté 7 000 F, sans compter les arbres donnés et les charrois effectués par les paroissiens.

Malgré ce rajeunissement, l'église restait vieille et les réparations succèdent aux réparations. On en fait en 1847, en juillet 1848 (maître-autel), en 1851 (plancher du chœur). En octobre 1865, un menuisier de Pluméliau édifie dans le fond de l'église une tribune pour les enfants; elle coûta 1000 F, les poutres et poutrelles étant fournies par les paroissiens.

En 1898, le cahier de paroisse nous décrit ainsi l'église paroissiale : " outre qu'elle menaçait de ruine, elle était notoirement insuffisante pour la population. La toiture était dans un état de délabrement complet".

Telle était la situation quand arriva comme recteur de Crédin Monsieur l'abbé Royer. Ce dernier comprit tout de suite que l'idée d'une église neuve était mûre.

église 1837.jpg

La nouvelle église

Pour la nouvelle église une souscription est aussitôt ouverte dans la paroisse; elle rapporte la somme d'environ 30.000 F.Les prêtres, religieux et religieuses originaires de Crédin souscrivent à leur tour pour 10.000 F.Le conseil de Fabrique décida, dans sa séance de Quasimodo 1900, la vente de la ferme du bourg, dite fondation de François Jégorel. Cette ferme fut vendue par adjudication le 8 avril 1902 pour le prix de 43.660 F.

L'architecte, Monsieur Le Guerranic, de Saint Brieuc, travaillait déjà sur ses plans. En prenant pour modèle (selon le désir du recteur) l'église de l'Abbaye de Timadeuc (style Roman 13° siècle).

Le 20 mai 1902, en mairie, eut lieu l'adjudication des travaux au profit de Monsieur Canivet, entrepreneur à Coray (Finistère).
Pour permettre à l'entrepreneur d'organiser son chantier dans l'ancien cimetière, les restes des défunts furent, après une messe solennelle, portée en procession au cimetière (béni le 3 mai 1902) le jeudi de chaque semaine des mois de mai, juin et juillet.

La chapelle Saint Yves était toute préparée pour servir d'église provisoire.Un abri fut construit pour les hommes dans le jardin du Nord. L'autel était ainsi placé entre les hommes et les femmes trop à l'étroit dans la chapelle même.

La maçonnerie commença le 15 octobre 1902. Depuis deux mois déjà, le chantier avait été approvisionné en pierres de taille de granit, en provenance des carrières de Pontivy et de Gourin. Dans l'espace d'une année, les maçonneries sont terminées. Le clocher, dont la construction n'avait pas été prévue au projet primitif par mesure de prudence, fut terminé six mois après.

église1.JPG

La Chapelle


La chapelle de St-Maudan

Daté probablement de 1660, ce petit édifice de plan rectangulaire est reconstruit en 1669. Les enduits intérieurs chaulés laissent deviner d’anciens décors polychromes. Son mobilier est très beau, à l’image de cette Vierge à l’Enfant en bois polychrome du XVII siècle.

La statut de Saint Sébastien du XVI siècle est en bois polychrome, comme celle de Saint Maudan du XVII siècle. L’autel, orné d’une croix comportant la colombe du Saint-Esprit en son centre, et les stalles en bois du XVIII siècle.

Cette chapelle est située près de l’Ecu, au bas de la butte, sur le terrain de la maison noble de la Gaffe. Elle n’a pas de bas-côtés. Sur le devant il y a un petit clocheton et une cloche en potin fondue à Lanouée. On dit la messe aux rogations, à la saint Marc où l’on y va en procession, ainsi que dans le temps de sécheresse et de grande pluie, pour obtenir un temps favorable. On y chante les Vêpres tous les ans, le dimanche suivant la fête du Saint. Mais le recteur Prétesseille changea cette coutume ; parce que l’église étant bien trop petite, il y avait beaucoup de dissipation et plusieurs perdaient la messe. Il s’y tenait avant la Révolution une assemblée considérable ; mais un homicide y ayant été commis avant 1760, on l’a abolie. On ne pense pas néanmoins que Saint Maudan y ait demeuré.

chapelle_saintmaudan.jpg
saint-maudan.JPG

Les croix et calvaires

teil.jpg
Teil2.jpg

Le calvaire du Teil

Ce très vieux calvaire de l'an 1508 est taillé dans un petit bloc de granit.
Il repose sur un socle où figure une inscription, rendue illisible par le temps : "Martin fit faire....1508"

couedic.jpg

Le calvaire du couëdic

Mission de1945, près du bois du Couëdic. C'est le 3ème emplacement de ce calvaire.
Le socle de granit en forme d'autel représente Jésus Agneau de Dieu et provient sans doute de l'ancienne église.
Une inscription y indique :
. mission 1945 Simper et Ubique Fidelis : devise de la famille De Lignières "toujours et partout fidèle",

mené.jpg

La calvaire route du Mené

Ce calvaire se trouve après le village de Bel Horizon
(anciennement Ker Anna)
A noter que ce calvaire est très régulièrement nettoyé et il y également des fleurs.

croix-du-bourg.JPG

Le calvaire du bourg

Il a été érigé à la mission du dimanche 31 mai 1914.
Le Christ mesure 1,75m et la croix de 4,30m pèse 1 tonne.

croix-jegoux.JPG

La croix Jégoux

Cette croix est la croix Jégouic, dont on a fait Jégou. Elle est située aux confins de la commune sur l'ancienne route de Rohan à Pontivy, près de l'avenue de Talhouet.

fauny.JPG

La croix de Fauny

Elle est du XVIII siècles.
Erigée avant la révolution par un prêtre demeurant à Fauny,
Cette croix en granit porte un calice à son pied, rappelant aux fidèles l'Eucharistie.

pocard.jpg

La croix Pocard

Mission de 1914

arne-croix.JPG

La Croix Dom Louis (Arné)

Ainsi nommée parce qu'elle a été fondée par un prêtre nommé Louis. Elle est située en face d'Arné.

croix-beauséjour.JPG

La croix Beauséjour

Cette croix a été édifiée à la fin de la guerre 39-45.

bellevue1.JPG

La croix de Bellevue

D'abord en bois datant de la mission de 1914 puis remonté en béton le 15 février 1961.

croix-bellevue2.JPG

La croix Bellevue

blézouan.JPG

La Croix de Blézouan

Edifiée vers 2003.

croix-cliviry.JPG

La croix de Cliviry

Cette croix a été édifiée en 1939.

coet moru.JPG

La croix de Coët Moru


crézadio.JPG

La croix de Crézadio

keranna-bel horizon.JPG

La Croix de Keranna - Bel Horizon


kerfily.JPG
La croix de Kerfily

croix-kergourio

La croix de Kergourio




kerorien.JPG

La croix de Kérorien

croix-lahaie.JPG

La Croix de La Haie

Mission de 1943

lenoe-des-blancs.JPG
La croix de La Noëe des Blancs
route de la ville glais

lenoe-des-blancs2.JPG

La croix de La Noëe des Blancs
située dans le village

la petite lande.JPG

La croix de La Petite Lande

Erigée en 1934

la ville glais.JPG

La Croix de La Ville Glais



le bois lindreux.JPG
La croix du Bois Lindreux


le-bourg-aux-moines.JPG

La croix Le Bourg aux Moines

Mission de 1968 de la paroisse de Rohan


le champ rohan.JPG

La croix Le Champ de Rohan


le pigeon blanc.JPG

La Croix Le Pigeon Blanc



le-poirier-bono.JPG
La croix Le Poirier Bono

socle de 1.35m
une inscription y figure : "Dréano Françoise - Vive Jésus Vive sa croix 1918"



quénécrédin.JPG

La croix Quénécrédin



saint-pierre.JPG

La croix Saint-Pierre

Saint-Patron de la paroisse


cimetiere.JPG

La croix du cimetière

Béni le 3 mai 1902


croix-beaulieu.JPG
La croix de Beaulieu

Cette croix n'existe plus




Bases de données documentaires

architecture-patrimoine.jpg

Les bases de données documentaires mises en oeuvre par la direction de l'Architecture et du Patrimoine, sont administrées par la sous direction des études, de la documentation et de l'Inventaire. Elles sont enrichies par les travaux de l'Inventaire général du patrimoine culturel, des Monuments historiques, et de la médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine.

http://www2.culture.gouv.fr/culture/inventai/patrimoine

pop.jpg

POP propose de faire des données patrimoniales un bien commun, en rendant accessibles et consultables plus de 3 millions de contenus numériques.

https://www.pop.culture.gouv.fr

phototheque.jpg

Constitué depuis la création du service en 1964, le fonds photographique de l'inventaire du patrimoine en Bretagne est riche de plus de 500 000 clichés. La mise en ligne de ce très important volume se poursuit de façon progressive au cours de l'année 2020.

http://phototheque-patrimoine.bretagne.bzh

inventaire-patrimoine-bzh.jpg

Plus de 130000 dossiers ont été constitués depuis la création du service régional de l'Inventaire en Bretagne en 1964: textes, photographies, plans, cartes, ...


http://patrimoine.bzh

Logo_Bretagne_Culture_Diversité.png

Bretagne Culture Diversité est une association qui facilite l'accès de tous aux ressources et aux connaissances sur la Bretagne et la diversité de ses cultures.


https://www.bcd.bzh/fr/bretagne-culture-diversite

inventaire-patrimoine.jpg

Dossiers d'inventaire 130 000 dossiers d'étude illustrés, à découvrir

https://patrimoine.bretagne.bzh

atlas-patrimoine.jpg

L’Atlas des patrimoines propose un accès cartographique (par la géolocalisation) à des informations culturelles et patrimoniales. Il permet de rechercher, visualiser, éditer et télécharger des données géographiques sur un territoire.


http://atlas.patrimoines.culture.fr

share-archeologie.jpg

De la préhistoire à la période contemporaine, l'archéologie nous éclaire sur la vie des de nos ancêtres. Les grands sites ...


https://archeologie.culture.fr

inrap.jpg

L’Inrap réalise les diagnostics et les fouilles d’archéologie préventive. Il « assure l’exploitation scientifique des opérations d’archéologie préventive et la diffusion de leurs résultats. Il concourt à l’enseignement, à la diffusion culturelle et à la valorisation de l’archéologie. »


https://www.inrap.fr